Raid des Dentelles 2020 – « Il va falloir être fort mentalement »

Raid des Dentelles 2020 – « Il va falloir être fort mentalement »

"Il va falloir être fort mentalement", voilà le maître mot martelé par les organisateurs du Raid des dentelles 2020. En effet les membres de 400 Team Raid (département du Vaucluse) avait préparé un parcours exigeant, et avec les conditions météorologiques du week-end dernier tout à  été décupler. Notre team représentant les couleurs rouge et noir était composé de Pierre L, Sébastien L, Maxime S et Damien B. L'assistance était assuré par Nathalie Lejeune, encore merci à elle pour le suivi de la course via de magnifique photos.

Comme à son habitude Pierre L, nous a préparé un compte-rendu très détaillé et toujours aussi agréable à lire :

Section 1 : Trail Départ : 6h Météo : Fraiche et venteuse. Déroulement : RAS Parcours : Ça y est c’est parti, on est au bon endroit, levé d soleil dans les collines, ambiance magique. 14 km / 250 D+ / 1h41

Section 2 : Canoë Transition : 15 min (Equipement combi etc…) Départ : 7h55 Météo : Du vent, du vent énorme, pile dans la face... Déroulement : Vu le faible débit de la Durance et le vent de face « hors standard », l’orga a décidé de raccourcir à 17 km au lieu de 30 km, bravo à eux pour leur réactivité. Parcours : Un petit peut de pilotage, quelque rapides, une balade très agréable. Jusqu’ici tout va très bien !!! 17 km / 2h30

Section 3 : VTT Transition : 1h10 (Déplacement voiture, changement d’équipement, ravito.) Départ : 12h05 Météo : Il fait beau, toujours du vent mais ça passe bien. Parcours : Du VTT engagé, pour nous vendéens c’est noël (Surtout pour bibich ). Ligne de crête, single, et descentes techniques... Moral : Petit coup de moins bien pour Pierrot et aussi pour Lala au milieu du parcours, tout rentrera dans l’ordre sans soucis... Ça va toujours bien mais on commence à prendre conscience de la taille du chantier. 46 km / 1600 D+ / 5h25

Section 4 : Trek / corde / canyon Transition : 38 min (Petit bivouac préparé par nath, on mange, on se pose un peu au soleil…) Départ : 18h08 Météo : C’est toujours OK, mais c’est clair que ça se refroidi, Bibich va perdre ses doigts en fin de trekParcours : On pensait qu’avec presque 7h devant nous, on était large pour atteindre l’épreuve de corde avant 1h00 du matin. Mais plus on avance et plus on réalise que l’on ne progresse pas assez vite. C’est finalement un groupe de 3 équipes (4,32,33) qui nous motive jusqu’à la balise 18 avec un rythme plus soutenu. L’effet de groupe est impressionnant. On trouve finalement cette fameuse balise 18 à 0h05. Il nous reste alors environ 5 km à parcourir en seulement 55min pour passer la barrière horaire et accéder à l’épreuve de corde. Nous n’avons pas traversé la France pour louper cette épreuve, on décide d’accélérer, mais à la sortie d’un grand hors sentier, on a un gros doute sur l’orientation. Le groupe réussi à se retrouver malgré deux fausses hypothèses, le dernier sprint est entamé, ça passe ou ça casse, il nous reste 35min. L’élastique de traction fait son job. On pointera finalement à 0h59, nous serons les derniers à partir sur l’épreuve de cordes. Un grand merci à l’orga pour avoir tenu la position jusqu’à 2h du mat le temps de nous faire passer les rappels magnifiques !!! Nous arrivons finalement au bivouac à 2h45 du matin. Nath nous attend dans un froid piquant, un drapeau Vendéen éclairé pour nous accueillir, grosse, grosse émotion… Moral : ça y est on est dans le dur. 28 km / 1100 D+ / 8h30 dont 50min dans le canyon avec les cordes.

Section 5.1 : VTT Shunté A l’arrivée du trek on est hors temps, impossible de repartir sur la section 6.1, elle et réserver à une autre catégorie de Raideur, nous sommes très fiers de partager l’épreuve avec eux. Après l’épreuve de corde que nous ne souhaitions pas louper, un second objectif point le bout de son nez : le sommet du « Mont Ventoux ». Les calculs sont faits : si on démonte les tentes qui nous attendent sans nous y installer, que l’on dort dans le camion pendant que Nath nous conduit jusqu’au départ de la section 6.2, que l’on arrive à monter les 700 D+ pour 12 km de VTT avant 8h du matin, ça peut passer.

Section 5.2 : VTT Transition : 2h04 min : Pliage des tentes, changement de vêtement pour du sec et chaud, on se motive pour manger encore, pour s’hydrater, pour rigoler un peut aussi. Départ : 04h47 du matin Météo : on est sous le 0°C en ressenti. Du vent, c’est vraiment dur… Parcours : C’est sousou qui sort le premier du camion, suivi par Nath et finalement des 3 autres. Il faut préparer les VTTs, l’éclairage, passer le vtt en pédale plate pour moi car on va devoir marcher… il fait froid, il fait sommeil… Il l’avait dit au briefing, il va falloir être fort mentalement : c’est maintenant !!! On s’endort sur le vélo, sousou fait le job pour éliminer toute envie d’imaginer s’arrêter. On accroche l’élastique pour rester grouper, mais au bout d’un moment ça devient risqué, le sommeil et le vélo ce n’est pas compatible. A 6h30 du matin, on décide finalement de dormir quelques minutes, assis contre un arbre, tous les 4 avec 2 couvertures de survie, on s’en souviendra. Seul bibich ne dort pas, les autres se sont endormi instantanément. 15 min de sommeil plus tard, nous remontons sur nos montures, la barrière est passable, le soleil se lève, on a une patate de fou, l’émotion est au plus haut. Nous passerons la barrière pour le Trek du Ventoux avec 15 min d’avance après un ravito en speed. Moral : Euphorie total… 12 km / 700 D+ / 2h38 dont 12min minute de sommeil.

Section 6 : Trek Ventoux Transition : 19 min : On mange un peu, on s’habille chaudement, on sort les bâtons. Départ : 07h44 du matin Météo : Idem Parcours : Pour le sommet, c’est Sébastien Raichon du 400-Team qui nous brief pour le trek. On comprend bien que c’est faisable sous certaines conditions : marcher à un rythme de 4.5-5 km/h courir dans les descentes être encore costaud quoi. On prend le départ sur un petit nuage, tout se déroule bien pendant la première heure et Pierrot fait une petite crise d’endormissement, incompatible avec le trek : 5 min de sommeil allongé dans la pente et c’est reparti. L’euphorie n’est plus là, les indicateurs ne sont pas aux objectifs. A 9h30 conseil de Raid, 3 votes pour le sommet, 1 vote pour l’échappatoire. Mais quel vote ! C’est sousou qui a des doutes, il a aussi la carte ceci explique cela. On comprend très vite que si on continue on va tuer notre Raid, car la dernière épreuves VTT, même si on termine le trek ne sera pas faisable. On parle d’ajouter 4km 400d+ dans des conditions extrêmes = ça ne rentre pas. La décision est prise, on coupe dans un pierrier et on atteint la crête : 350 D- sous le sommet. La descente et magnifique, et c’est clair qu’on a plus les cannes pour courir . 12 km / 400 d+ / 3h20

Section 7 : VTT (descentes…) Transition : 30 min. Départ : 11h36 du matin Parcours : Descente VTT juste magnifique, des singles parfaits, que du bonheur. La lucidité : Elle commence à manquer, avec une belle chute sans gros dégâts : un petit arbre traversait le chemin sans regarder... Physiquement : Le plus dure est passé. 24 km / 280d+ / 1180d-  / 2h05 avec 5min de « sieste ». Arrivée : 13h41

Bilan.

31h40 / 153 km / 4230 D+

Ces chiffres ne veulent rien dire, c’est pourquoi j’ai voulu vite écrire ce CR, pour capter le souvenir de ces moments magiques, ces moments fort de partage, de dépassement, de nature, d’espace.

Un immense MERCI aux organisateurs qui, contre vent et COVID, ont réussi à aller au bout de leur projet et ainsi nous faire profiter à fond de leur magnifique région. Mention spéciale au « concepteurs » de la course qui ont permis aux « grandes » équipes comme aux « petite » de profiter à fond de la course grâce au système des shuntes.

MERCI à Nath pour son efficacité, sa patience, et tout et tout…